R103-11) Mes membres, depuis longtemps
            (D’après : « Les gens n’ont plus de cœur ». Cœur, membres)

Mes membres, depuis longtemps remontés contre lui, ont fini par chasser mon cœur de son domaine. D’un commun accord ils l’ont expulsé hors de leur société, afin d’être enfin libre, de ne plus dépendre de ses décisions, de ne plus avoir à supporter sa sinistre et boiteuse pulsation. 

Seules mes mains, éprouvant in extremis une légère compassion, sont convenues, presque à l’insu des autres, de ne pas rendre ce bannissement total, et d’accueillir chez elles cette pauvre petite chose, piteuse, craintive, sanguinolente, inutile sauf à elle-même. C’est pourquoi elles le transportent désormais partout avec elles, se l’échangent, l’oublient parfois, d’autres fois le cajolent comme des enfants un animal domestique, regardant avec une sorte d’empathie légèrement honteuse ses étranges soubresauts, obstinés,incontrôlables, et formant comme un collier infini de petites convulsions sans gravité. 

Et pendant ce temps, mes membres et organes se découvrent une liberté neuve. Ils s’étalent, jouissent de ce ciel enfin dégagé, se félicitent de ne plus subir le décompte macabre et assourdissant qui jusque-là ponctuait leur existence. Ils coulent des jours heureux, glissent sur le temps comme sur une pente magique dont la fin serait toujours plus lointaine et improbable. 

Pour ce qui est de mes pensées, désormais elles hésitent, ne s’accrochent à rien, procrastinent, malgré les quelques petits sursauts d’inquiétude qui régulièrement, bien qu’elles s’en défendent, les secouent.